La dyspraxie Verbale: une pathologie du geste et du verbe

Dr Gabriel Rousteau  – Service Phoniatrie –Hotel-Dieu – Nantes

La dyspraxie verbale : Trouble praxique ou linguistique?

Comme nous le détaillons dans le media PDF ci-joint http://Dyspraxies Verbales Entretiens de BICHAT 2015  , diaporama exposé en grande partie aux entretiens de Bichat , cette pathologie est un trouble spécifique qui fait co-exister :

  • Des troubles du développement du geste laryngo-vélo-bucco-facial
  • Des troubles du développement phono-lexical-syntaxique

Elle confirme les liens étroits entre geste moteur et langage oral qui se trouvent altérés ensemble, de la naissance à l’âge de 9 -10ans  environ.

La dyspraxie verbale, « Chilhood apraxia of speech », entité rare, est un trouble du développement de la parole, lié à un déficit de planification et de programmation des mouvements des organes phonatoires, et des séquences verbales, en d’absence de déficit neuromusculaire, et en l’absence de déficit de compréhension et de troubles auditivo-gnosiques.

Ce trouble entraine un retard de langage expressif, notamment syntaxique , par insuffisance d’affinements phonologiques

De plus, cette pathologie est : ou bien isolée, idiopathique ; ou bien associé à une dyspraxie bucco-faciale et/ou générale, une dysphasie expressive, un syndrome génétique.

Quoi qu’il en soit, il existe plusieurs marqueurs originaux comprenant des troubles de la prosodie  et des erreurs articulatoires sévères : distorsions particulières, tâtonnements, troubles phono-tactiques, substitutions aléatoires,  omissions et réduction syllabique. Ces troubles sont fluctuants. Ils s’aggravent à l’allongement des séquences verbales et sont soumis à une dissociation automatico-volontaire inverse .

Le traitement doit combiner à la fois : un travail pragmatique et linguistique général, un apprentissage moteur intensif, avec utilisation des indices visuels, auditifs, tactiles, kinesthésiques.

            L’aérophonoscope, grâce à ses capteurs des flux d’air nasal avant tout, et aussi buccal, et son microphone laryngé permet un retour visuel des sons oraux et nasaux , voisés et non-voisés ( synergie glotto-vélaire), ainsi que l’efficience musculaire du sphincter vélo- pharyngé (tonus, stabilité, rapidité, programmation, flexibilité) autant d’éléments  perturbés en cas de  dyspraxie verbale.

Mots clefs : dyspraxie verbale, planification et programmation, sequences verbales, inconstance, Aérophonoscope.

+                                 +                                 +

Abstract

Childhood apraxia of speech: praxic or linguistic disorder?

This disorder is a specific trouble in which co-exist :

  • Developmental impairment of the laryngo-vélo-bucco-facial gesture.
  • Phono-lexical-syntaxique developmental troubles.

It confirms the links between gesture and oral langage development.

            Childhood apraxia of speech, called in french “dyspraxie verbale” is a neurological speech sound disorder, which is characterised by difficulties in motor planing and programing of speech movements and of verbal sequencies, without any neuro-muscular deficit or receptive deficit.

This trouble leads to an expressive langage impairment, par insuffisance d’affinements phonologiques.

It may be observed : either as an isolated disorder; or linked with oral and/or global dyspraxia, with an expressive dysphasia, or a genetic syndrome.

However, it is characterised by several indicators: prosodic and severe speech sound anomalies: distortions, phono-tactic disorders, substitutions, omissions, trials and errors, automatic/voluntary dissociation. These disorders are fluctuating, inconstants. They worsen in speech elongations,

The treatment must combine: pragmatic and linguistic work, an intensive motor learning ,with use of  visual, auditive, tactile, kinesthesic aids.

The Aerophonoscope, with a very sharp captation of nasal above all and also oral flux, vocal fold vibrations, permits a visual feedback of nasal/oral, and voicing or not voicing sounds. Especially, it objectives the musular efficieny of the velo-pharyngal sphincter (muscle tone, steadyness, velocity, motor programing, flexibility)

Key-words: childhood apraxia of speech, planning and programming, verbal sequencies, fluctuating disorders, aérophonoscope.

Bibliographie:

ASHA:  American  Speech-Langage- Hearing Association (2007)                  Childhood apraxia of speech : technical report

Barsalou, LW. (2008). Grounded cognition (Cognition incarnée). Revu Annu Psychol., 59, 617- 647.

Bishop DV. , Brown DD, et Robson J. (1990) The relationship between phoneme discrimation,    speech production, and language comprehension  in cerebral-palsied individuals.     Journal of speech and hearing research .32, 210-219

Carpici O. et Volterra (2008) The emergence and development of a strong and changing   partnership  . Gesture 8 (1), 22-44

Caruso, A.J., Strand, E.A. (1999) .Clinical management of motor speech disorders in children , 5627.      New-York, NY: Theme Medical Publishers.

Charron, L., Mc Leod. A.(2008). La dyspraxie verbale chez l’enfant : identification, évaluation,  intervention . Glossa n°109 (42-54), 2010

Chevrie-Muller C., Narbonna. J. (2007) Le langage de l’enfant .Masson, Paris.

Corballis MC.(2003).The evolution of language. Annals of the New-York academia ofscience1156, 11-43

Cook SW.et Goldin- Meadow S. (2006) the role of gesturein learning: do children use their hands  to change their minds? Journal of cognition and development 7(2), 211-232.

Cubelli M. and al (2000) Cognition in action: testing a model of limb apraxia   Brain and cognition .44(2), 144-165;

Decety J. (1997) “Neural mechanisms suberving the human action », Trends in cognitives science  1999; 2002

Dewey D (1995). What is development dyspraxia ? Brain and cognition 29, 254 -274

Fargier R., Paulongnan Y. , Nazir TA. and al. (2012) Learning to associate novel words with motor  actions: language –induced motor activity following short training. Cortex 48, 888-899

 FORREST. K. (2003) Diagnostic criteria of development apraxia of speech used by clinical speech  langage pathologists ; An 5. Speech langage pathology 12,3: 376-380

Kent. R.D. and Minifie FD., (1997).Coarticulation in recent speech production models.  Journal of Phonetics, 46, 1016-1018

Goldin-Meadow S.and Rowe ML. (2009). Early gesture selectivity predicts later language Learning. Development science 12, 182-187

Goldin-Meadow S. (2009) Early gesture explain disparities in child vocabulary size at school entry. Science 323, 951-953

Goldin-Meadow S 2010) Le rôle des gestes dans la creation et l’acquisition du langage.  Enfance, 62(3), 239-255; Univ Chicago

Isch-Wall C. et Anasaldi V. (2005) Sémiologie des dyspraxies verbales,  in  Les dyspraxies de l’enfant . Ed Masson

Jousse Marcel : « L’anthropologie du geste » Ed. Gallimard, Mayenne .1981

« Le style oral rythmique et mnémotechnique » Le Centurion. 1981

Kelly SD., MC Dewitt T et Esch M (2009) Brief training with co-speech gesture lends a hand to   word learning in a foreign language. Language and Cog Proc. 24(2, 313-334.

Kent R.D. and Minifie FD., (1997). Coarticulation in recent speech production models.    Journal of Phonetics, 46, 1016-1018

Liberman AM.et Mattingly IG.(1985) The motor theory of speech perception .Cognition, 21-36

Luria AR, (1978) « Les fonctions corticales supérieures de l’homme » PUF ,

1961) « The role of speech in regulation of normal behaviour »Pergamon Press, New-York

Montessori M. (1970) La pédagogie scientifique. ESP. Paris

Mazeau. M. (1995) Déficits visuo-spatiaux et dyspraxies de l’enfant. Du trouble à la rééducation . Paris Masson

Morlaas J (1956) « Du mimage au langage », journal de Neuropsychologie n°3. Ed.  Doin et Cie, Paris (1978) : « Manducation alimentaire  et manducation psychologique “.  Annales médico-psychologiques. Masson.

Pannatier. E. (2007) La dyspraxie : une approche clinique et pratique. Quebec, QC.Editions du centre hospitaler universitaire de Sainte Justine, collection intervenir.

Pulvermuller F. (2005) Brain mechanisms linking language and action .Nat rev, Neurosience  6 (7) 576-582

Pulvermuller F. Semantic embodiement, disembodiement, or misembodiement ?  in search of meaning and neuron circuits . Brain Language 127 (1), 86-103.

Pulvermuller F, Hauk O, et Johnrude O (2004) Somatotopc representation of action word in human motor and premotor cortex. Neuron, 41, 301-307.

RAPIN, L. ALLEN, D.A. (1984) Syndromes in developmental dysphasia, and adult aphasia. In F.PLUM

Rizolatti et Sinigaglia ( 2008) Les neurones miroirs. Ed Odile Jacob. Paris

Rothi. U., Ochipa.C., et Heilman MK. A cognitive neuropsychological model of limb praxis.  Cognitive neuropsychology .(1991) p. 453-458.

Rousteau, G., Bouric, JM., Rineau. G., (1995) L’aérophonosope: principe,intérêts.  Bulletin d’audiophonologie , Ann. scientifiques .univ. Franche-Comté, Vol XI, n°6 p. 571 à 603.

Schmidt, R.A. (1993) Apprentissage moteur et performance. Paris. Vigot Editions.

SHRIBERRG. L., (2014) Why is childhood apraxia of speech a contreversal diagnosis  -consulté le 23/02/2015 de: http/www.apraxia-kids.org/library

Strand. EA., Mc Cauley.R. (2008): Differential diagnosis of severe speech impairment in young children.  The ASHA online.

Velleman. SL. (2006) Childhood apraxia of speech, a comprehensive approach to assessment and treatment. Seton Hall University

 

+                                 +                                 +

 

Les liens originels entre le geste et le langage oral et écrit vus par l’anthropologie du geste et les neurosciences

       Les liens originels du geste et du langage oral et écrit vus par l’anthropologie du geste de M. Jousse et les Neuro-sciences.

The basic links between Gesture and the oral and writing language according to Gesture‘s anthropology (Jousse) and neuro-sciences viewpoints.

Nous envisageons dans le document PDF ci-joint en média Place du Geste dans le developpement du Langage oral etécrit, les convergences frappantes entre les découvertes de Marcel Jousse, fondateur de l’anthropologie du geste et les recherches actuelles en neuro-sciences, notamment concernant les notions de « geste iconique », de« cognition incarnée », de « neurones miroirs », de « circuits mémoriels  supra-modaux », de « chaine phonologique », de « rapports phono-tactiques ». Ces différentes convergences donnent un poids considérable à ses observations. Cette anthropologie se situe au confluent de plusieurs disciplines: médicale, linguistique, littéraire et artistique, historique, éducative et psychologique

 

En effet, dans les années 1930 -1950 Jousse s’est montré précurseur à maints égards, lors de ses travaux d’une part sur l’Enfant en développement, et d’autre part sur les patrimoines littéraires, religieux , historiques, juridiques  appartenant à différents peuples de culture orale , de Homère aux chansons de gestes, des civilisations amérindiennes -du nord et du sud- à celles  de l’Egypte ancienne, du moyen Orient, de la Chine, ou de l’Afrique, en passant par Madagascar ou  l’Afghanistan…

Engagé comme officier instructeur et professeur de français diplomatique à Washingtown, il a été au contact avec les Indiens d’Amérique du Nord dont l’expression est verbo-gestuée. Il a maitrisé très tôt  quatre langues, le grec, le latin, l’hébreu et l’araméen, grâce à la méthode du linguiste Manoury. Il aimait déclamer aussi bien les rythmes de l’Ilyade et l’Odyssée, Virgile, Racine, ou Hugo que les  « Targoums » araméens, traductions orales mnémotechniques de la Bible.

Marcel Jousse était  élève de  Rousselot et a écrit son premier ouvrage sous le titre : « Le style oral rythmique et mnémotechnique chez les verbo-moteurs ». Il enseignera à la Sorbonne de 1931 à 1951, à l’école d’anthropologie de 1932 à 1960, à l’école pratique des hautes études de 1932 à 1945, au laboratoire de rythmo-pédagogie de 1933 à 1940.

Voix, parole, langage, expression écrite, dessin , écriture , pratiques instrumentales et danse sont des gestes moteurs qui ont des lois communes, issues de ce dénominateur commun qu’est le Geste, dans toutes ses dimensions. L’anthropologie du geste apporte un éclairage holistique, pluridisciplinaire dans l’observation de tous  ces systèmes signifiants, dans une conception sémiotique plus vaste que les modèles linguistiques. Comme le montre la loi du « mimisme », le geste est un acte cognitif avant que d’être un acte de communication.

De manière très originale, Jousse démontre également l’existence d’une loi anthropologique commune qui sous-tend à la fois le développement du langage oral et du langage écrit chez l’enfant.( loi dite de l’algébrisation. Celle-ci nous permet-elle de légitimer les pratiques pédagogiques et rééducatives qui utilisent les supports gestuels, par ex. ceux du Makaton (couplés à des supports pictographiques) ou de la pédagogie de M. Montessori, entre autres.

Il souligne que ces peuples de culture orale  récitent, enseignent, mémorisent, rejouent leur patrimoine littéraire, à la fois sur le mode oral et  gestuel, avec des gestes mimiques et des mouvements corporels rythmés, plus ou moins marqués. Ces « balancements propositionnels » sont en effet des « rimes mnémotechniques, rimes qui ne jouent pas d’après le son mais d’après le sens. C’est là une des particularités du monde araméen et d’Israël notamment, qui a balancé ses propositions en les enchaînant, non pas comme chez nous, par la phonétique, non pas comme chez les Grecs, par la métrique, mais par la sémantique »

 

Dans toutes leurs figures de style, il a constaté des lois communes, dites lois du style oral qui transparaissent dans leur écriture et la structure de leurs textes traditionnels. (Loi du bilatéralisme et du formulisme tout particulièrement). Jousse a prouvé qu’il était antiscientifique d’étudier Rabbi Hillel, Maître Jésus, ou Mohamed comme on étudie Cicéron ou Platon.

Ceux qui étudient les milieux du style oral sont toujours surpris de voir ces gens simples dits “incultes et illettrés” capables de déclamer et d’improviser avec facilité et rapidité des récitations de grande valeur littéraire.                                    

C’est aussi dans l’étude du caractère mimographique des hiéroglyphes égyptiens, mexicains ou chinois que les travaux de M Jousse sont très originaux. Jousse avait été frappé dans son enfance par les hiéroglyphes dessinés sur les sarcophages des momies égyptiennes : « Tous ces petits dessins autour de cette momie ont peut-être été vivants. Est-ce que tous ces caractères, qui sont là tout figés, n’ont pas été des choses vivantes comme nos jeux d’enfants ? N’y a-t- il pas tout un jeu d’hommes qui font des gestes comme le font les enfants ? »

La science de l’écriture ne plus être prisonnière de cette conception de laquelle « langage » se confond avec « langage parlé ». Le langage écrit n’est pas que le simple reflet du langage oral : il s’agit là d’une conception européo- centrique.

Dans notre culture occidentale cette dernière invention a fait l’effet d’une véritable mutation dans les rapports entre l’homme et son corps, sa culture, sa société.

 

Mots clefs :  Les lois du style oral ; Mimisme, rejeu, et  neurones  miroirs ;  gestes propositionnels et moules prosodiques ; geste iconique et sens figuré;  rejeu laryngo-buccal et rapports phono-tactiques ; trait de nasalité ; Dyspraxie verbale ; Ontogénèse comparée du langage oral chez l’enfant et celle de son langage écrit ; les stades de maturation audio-kinesthésique et visuo-kinesthésique chez l’enfant en développement  ; Interprétation anthropologique et neuropsychologique  de la naissance du symbolisme alphabétique au moyen orient (paléontogénèse du langage écrit alphabétique) comparée à celle du développement du langage écrit chez l’enfant occidental  (son ontogénèse)