Les liens originels entre le geste et le langage oral et écrit vus par l’anthropologie du geste et les neurosciences

       Les liens originels du geste et du langage oral et écrit vus par l’anthropologie du geste de M. Jousse et les Neuro-sciences.

The basic links between Gesture and the oral and writing language according to Gesture‘s anthropology (Jousse) and neuro-sciences viewpoints.

Nous envisageons dans le document PDF ci-joint en média Place du Geste dans le developpement du Langage oral etécrit, les convergences frappantes entre les découvertes de Marcel Jousse, fondateur de l’anthropologie du geste et les recherches actuelles en neuro-sciences, notamment concernant les notions de « geste iconique », de« cognition incarnée », de « neurones miroirs », de « circuits mémoriels  supra-modaux », de « chaine phonologique », de « rapports phono-tactiques ». Ces différentes convergences donnent un poids considérable à ses observations. Cette anthropologie se situe au confluent de plusieurs disciplines: médicale, linguistique, littéraire et artistique, historique, éducative et psychologique

 

En effet, dans les années 1930 -1950 Jousse s’est montré précurseur à maints égards, lors de ses travaux d’une part sur l’Enfant en développement, et d’autre part sur les patrimoines littéraires, religieux , historiques, juridiques  appartenant à différents peuples de culture orale , de Homère aux chansons de gestes, des civilisations amérindiennes -du nord et du sud- à celles  de l’Egypte ancienne, du moyen Orient, de la Chine, ou de l’Afrique, en passant par Madagascar ou  l’Afghanistan…

Engagé comme officier instructeur et professeur de français diplomatique à Washingtown, il a été au contact avec les Indiens d’Amérique du Nord dont l’expression est verbo-gestuée. Il a maitrisé très tôt  quatre langues, le grec, le latin, l’hébreu et l’araméen, grâce à la méthode du linguiste Manoury. Il aimait déclamer aussi bien les rythmes de l’Ilyade et l’Odyssée, Virgile, Racine, ou Hugo que les  « Targoums » araméens, traductions orales mnémotechniques de la Bible.

Marcel Jousse était  élève de  Rousselot et a écrit son premier ouvrage sous le titre : « Le style oral rythmique et mnémotechnique chez les verbo-moteurs ». Il enseignera à la Sorbonne de 1931 à 1951, à l’école d’anthropologie de 1932 à 1960, à l’école pratique des hautes études de 1932 à 1945, au laboratoire de rythmo-pédagogie de 1933 à 1940.

Voix, parole, langage, expression écrite, dessin , écriture , pratiques instrumentales et danse sont des gestes moteurs qui ont des lois communes, issues de ce dénominateur commun qu’est le Geste, dans toutes ses dimensions. L’anthropologie du geste apporte un éclairage holistique, pluridisciplinaire dans l’observation de tous  ces systèmes signifiants, dans une conception sémiotique plus vaste que les modèles linguistiques. Comme le montre la loi du « mimisme », le geste est un acte cognitif avant que d’être un acte de communication.

De manière très originale, Jousse démontre également l’existence d’une loi anthropologique commune qui sous-tend à la fois le développement du langage oral et du langage écrit chez l’enfant.( loi dite de l’algébrisation. Celle-ci nous permet-elle de légitimer les pratiques pédagogiques et rééducatives qui utilisent les supports gestuels, par ex. ceux du Makaton (couplés à des supports pictographiques) ou de la pédagogie de M. Montessori, entre autres.

Il souligne que ces peuples de culture orale  récitent, enseignent, mémorisent, rejouent leur patrimoine littéraire, à la fois sur le mode oral et  gestuel, avec des gestes mimiques et des mouvements corporels rythmés, plus ou moins marqués. Ces « balancements propositionnels » sont en effet des « rimes mnémotechniques, rimes qui ne jouent pas d’après le son mais d’après le sens. C’est là une des particularités du monde araméen et d’Israël notamment, qui a balancé ses propositions en les enchaînant, non pas comme chez nous, par la phonétique, non pas comme chez les Grecs, par la métrique, mais par la sémantique »

 

Dans toutes leurs figures de style, il a constaté des lois communes, dites lois du style oral qui transparaissent dans leur écriture et la structure de leurs textes traditionnels. (Loi du bilatéralisme et du formulisme tout particulièrement). Jousse a prouvé qu’il était antiscientifique d’étudier Rabbi Hillel, Maître Jésus, ou Mohamed comme on étudie Cicéron ou Platon.

Ceux qui étudient les milieux du style oral sont toujours surpris de voir ces gens simples dits “incultes et illettrés” capables de déclamer et d’improviser avec facilité et rapidité des récitations de grande valeur littéraire.                                    

C’est aussi dans l’étude du caractère mimographique des hiéroglyphes égyptiens, mexicains ou chinois que les travaux de M Jousse sont très originaux. Jousse avait été frappé dans son enfance par les hiéroglyphes dessinés sur les sarcophages des momies égyptiennes : « Tous ces petits dessins autour de cette momie ont peut-être été vivants. Est-ce que tous ces caractères, qui sont là tout figés, n’ont pas été des choses vivantes comme nos jeux d’enfants ? N’y a-t- il pas tout un jeu d’hommes qui font des gestes comme le font les enfants ? »

La science de l’écriture ne plus être prisonnière de cette conception de laquelle « langage » se confond avec « langage parlé ». Le langage écrit n’est pas que le simple reflet du langage oral : il s’agit là d’une conception européo- centrique.

Dans notre culture occidentale cette dernière invention a fait l’effet d’une véritable mutation dans les rapports entre l’homme et son corps, sa culture, sa société.

 

Mots clefs :  Les lois du style oral ; Mimisme, rejeu, et  neurones  miroirs ;  gestes propositionnels et moules prosodiques ; geste iconique et sens figuré;  rejeu laryngo-buccal et rapports phono-tactiques ; trait de nasalité ; Dyspraxie verbale ; Ontogénèse comparée du langage oral chez l’enfant et celle de son langage écrit ; les stades de maturation audio-kinesthésique et visuo-kinesthésique chez l’enfant en développement  ; Interprétation anthropologique et neuropsychologique  de la naissance du symbolisme alphabétique au moyen orient (paléontogénèse du langage écrit alphabétique) comparée à celle du développement du langage écrit chez l’enfant occidental  (son ontogénèse)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.